Abattage massif de bouquetins dans les Alpes, un « massacre » selon les ONG.

L’ordre a été donné par le préfet Haute-Savoie. L’opération a débuté lundi dans le massif du Bargy, où 75 bouquetins, espèce protégée, doivent être abattus sur une population de 370 individus d’ici mardi soir. Selon les autorités, l’objectif est « d’éradiquer » la brucellose et donc de la « conserver ». Animaux qui ne sont pas concernés.

Dès la mi-mars, le préfet avait publié un arrêté autorisant l’extermination d’un maximum de 170 bouquetins. Un arrêt qui ont été suspendus par le Tribunal Administratif de Grenoble. Cette fois, le nombre a été réduit à 75.

D’abord au printemps, puis fin septembre, 96 bouquetins ont été capturés pour subir des tests par l’Agence française de la biodiversité. Cinq d’entre eux étaient porteurs de cette maladie contagieuse qui peut être transmise à l’homme.

« Rétablissement rapide d’une population viable »

« Les mesures envisagées ne visent pas à éradiquer les bouquetins du Bargy, mais à créer un noyau d’animaux sains d’environ 300 animaux capables d’établir rapidement une population viable indemne de brucellose », plaide la préfecture dans un communiqué. Sauf que les organisations environnementales ne partagent pas cet avis.

Le Conseil national pour la conservation de la nature a également émis un avis négatif estimant que la mesure était « disproportionnée » compte tenu du nombre de bouquetins malades, « quatre dans tout le massif ».

« L’abattage des bouquetins n’aide pas à résoudre l’épidémie »

Pour France Nature Environnement (FNE), c’est tout simplement un « massacre ». « Depuis hier matin et jusqu’à ce soir, les agents de l’OFBiodiversité ont abattu et abattu des bouquetins banalisés dans le massif du Bargy sur ordre du préfet. Aucun test n’est réalisé alors qu’on sait qu’environ 96% d’entre eux sont sains », dénonce-t-elle, rappelant que de nombreux scientifiques affirment que « l’abattage des bouquetins ne régule en rien l’épidémie ». « D’abord parce qu’il est impossible de tous les éliminer, ensuite parce que ce type d’opération conduit à la dispersion », souligne l’association.

1/4⚠️ BARGY – LE MASSACRE CONTINUE❗️
Depuis hier matin et jusqu’à ce soir, les Officiers de l’OFBiodiversité tirent et tuent des bouquetins banalisés dans le Massif du Bargy sur ordre du Préfet. Aucun test n’est fait quand on sait qu’environ 96% d’entre eux sont en bonne santé.

— FNE Haute Savoie (@FNE_74) 18 octobre 2022

L’accès à ce contenu a été bloqué pour respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J’ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et avez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

JE SUPPOSE

Et pour mieux récompenser 20 minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour une seule journée, via notre bouton « J’accepte pour aujourd’hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

« La brucellose fait peser un risque important sur la santé publique et la pérennité du modèle agricole haut-savoyard », répond la préfecture à quelques jours de la visite du ministre de l’Agriculture, attendue en Haute-Savoie en début de semaine prochaine.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Festival : Grenoble à livres ouverts

Du 3 au 7 avril, le Printemps du...

Quand romantique et éthique convolent en justes noces – City guide Grenoble

Marion a lancé sa propre marque de bijoux, Inchy Doney, en 2019. En plus de ses petites séries réalisées en argent et en or...

Recherche buvette et camions/vélos de restauration pour la Fête des Tuiles – Appels et consultations

A l’occasion de la Fête des Tuiles qui aura lieu le samedi 8 juin 2024 sur les cours Jean Jaurès...

Demeure Sauvage et ode au terroir alpin – City guide Grenoble

C’est au cœur de l’Oisans, dans le village de Villard-Reculas, à quelques kilomètres de l’Alpe d’Huez, que Demeure Sauvage a vu le jour sous...