Course-poursuite fatale à Grenoble : La famille de la victime réclame la vérité

La famille d’Inès, la jeune fille de 18 ans qui a été tuée dans une course-poursuite après des coups de feu avec la police à Grenoble mardi soir, réclame la vérité. Elle veut que toutes les circonstances de sa mort soient éclaircies.

Mardi soir, Inès, 18 ans, a été tuée à Grenoble alors qu’elle se trouvait dans un véhicule poursuivi par la police après avoir refusé d’obtempérer. Le conducteur du véhicule, un Marocain de 30 ans, a échangé des coups de feu avec la police avant d’être interpellé.

Ce jeudi soir, l’homme a été mis en examen pour « tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique », « détention provisoire ».armé Catégorie B » et « conduite sous l’influence de l’alcool et de la drogue » avant d’être arrêté. Pendant sa garde à vue, la personne a exercé son droit de garder le silence.

La famille d’Inès, par l’intermédiaire de son avocat Me Nabil Boudi, a déclaré qu’elle « voulait connaître la vérité sur les circonstances du décès et qu’une enquête sérieuse devrait faire la lumière sur tout ». Maître Nabil Boudi réclamez-le « l’ouverture d’une information judiciaire ».

Une enquête deIGPN ouvert et un rapport balistique sera établi pour déterminer quelle arme a touché le jeune passager qui, selon les procureurs, « a été mortellement blessé d’un seul coup dans le cou ».

La détention de trois policiers impliqués dans la fusillade a été libérée mercredi soir sans inculpation au moment d’écrire ces lignes. « Nous attendons les premiers actes d’instruction et leur qualification pénale avant de décider de porter plainte ou de nous constituer partie civile », a précisé l’avocat de la famille.

Dans ces cas, on a parfois tendance à criminaliser les victimes.

Nabil Boudi, avocat de la famille

Ce dernier appelle également les syndicats de police, la police, le parquet et la presse à « faire un peu plus de respect en convoquant la jeune fille qui a été tuée dans des conditions ignobles et dramatiques, quels que soient les contours de l’affaire ». Car, selon lui, « dans ces affaires on a parfois tendance à criminaliser les victimes ».

Selon une source policière, le tireur avait été condamné en 2012 à huit ans de prison pour avoir tiré sur des policiers près d’Avignon alors qu’il était recherché pour braquage. Il était également connu à l’époque pour le trafic de drogue, le vol, la dissimulation et les crimes commis avec des armes à feu.

Après sa sortie de prison en 2020, il fait l’objet de plusieurs procès et d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Il fait également l’objet d’un mandat de perquisition pour avoir arpenté les rues de La Tour-du-Pin en Isère avec un fusil d’assaut. Il avait également été arrêté à Bourgoin-Jallieu en possession d’un 357 Magnum.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Une escapade d’une journée à moins de 30 minutes de Grenoble

“Je vis là où vous partez en vacances”. Oui, c’est une des chances qu’ont les Grenoblois : pouvoir vivre des aventures dont beaucoup rêvent...

L’Hanakotoba, le langage des bijoux fleuris – City guide Grenoble

D’inspiration amérindienne, les boucles de la marque L’hanakotoba n’en cultivent pas moins leur propre univers poétique et coloré. Grâce à leur créatrice, Laura Botilde,...

Coupe d’arbres morts sur les berges de l’Isère – Actualité à caractère exceptionnel

Ces arbres situés au niveau de l'Ile Verte doivent être coupés car ils peuvent présenter un danger pour la sécurité...

Exploitation commerciale du snack Jean Bron. – Appels et consultations

La Ville de Grenoble souhaite confier à un prestataire l'exploitation commerciale du snack de la piscine Jean Bron pour la...