Le saviez-vous ? Une vague dévastatrice a plongé Grenoble sous les eaux : des milliers de morts

Dans la nuit du 14 au 15 septembre, les Grenoblois sont surpris par une montée des eaux aussi rapide que dévastatrice. Nous sommes en l’an 1219, plongés dans les rues d’une ville qui n’a rien à voir avec celle que nous connaissons.

Pour comprendre la catastrophe naturelle qui a balayé la capitale des Alpes, il faut remonter à 1191. Un barrage naturel formé dans le lit de la Romanche.

Pendant près de trois décennies, cet obstacle naturel permettra à la vallée grenobloise de vivre sereinement.

Une tempête à l’origine du drame

Le barrage naturel a été formé au niveau de la paroisse Livet et Gavet, au sud de Grenoble. Un lac est alors créé aux abords de Bourg d’Oisans.

Le 14 septembre 1219, un orage d’une rare violence rompt le barrage. L’eau ne peut plus être stockée et le risque pour les Grenoblois augmente. Il est 22 heures et de nombreux habitants se sont terrés chez eux lorsque la première vague déferle la plaine de la capitale des Alpes.

L’eau traverse le sud de Grenoble à grande vitesse et se jette dans l’Isère. La ville de Grenoble épargnée ? Malheureusement non. Cet afflux causera d’énormes perturbations à toutes les rivières de la région.

Un bilan bouleversant

Le niveau de l’eau monte alors dans toute la ville. Les riverains, réveillés par cette soudaine montée des eaux, vont tenter de s’enfuir. Problème, en l’an 1219 c’est Grenoble protégé par un mur Maisons encerclées et fermées la nuit.

Une protection qui sera fatale à nombre d’entre eux. Selon les historiensle niveau de l’eau a atteint 10 mètres de haut.

En raison de son âge, il est impossible de faire une estimation précise du nombre de décès. Un témoignage est particulièrement précieux dans ce contexte. L’évêque de Grenoble, Jean de Sassenage, a écrit un texte pour ses fidèles après ce terrible événement.

« Une marée d’une telle fureur »

« La digue qui retenait le lac d’Oisans s’était rompue violemment, et se livrait un déluge d’une telle rage, d’une telle violence, dans un tel grondement et un tel bruit, que tous ceux qui l’écoutaient désespéraient de la vie, tous abandonnés et ne pensant qu’à sauver sa propre personne ».

Les historiens qui ont étudié la question estiment le nombre de morts à des milliers. Pendant le déluge, la fête de la Sainte-Croix se tient à Grenoble, attirant de nombreux curieux venus de toute l’Europe.

Cet article vous a-t-il été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Grenoble dans l’espace mes nouvelles . En un clic après l’inscription, vous pouvez trouver toutes les dernières nouvelles de vos villes et marques préférées.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Festival : Grenoble à livres ouverts

Du 3 au 7 avril, le Printemps du...

Quand romantique et éthique convolent en justes noces – City guide Grenoble

Marion a lancé sa propre marque de bijoux, Inchy Doney, en 2019. En plus de ses petites séries réalisées en argent et en or...

Recherche buvette et camions/vélos de restauration pour la Fête des Tuiles – Appels et consultations

A l’occasion de la Fête des Tuiles qui aura lieu le samedi 8 juin 2024 sur les cours Jean Jaurès...

Demeure Sauvage et ode au terroir alpin – City guide Grenoble

C’est au cœur de l’Oisans, dans le village de Villard-Reculas, à quelques kilomètres de l’Alpe d’Huez, que Demeure Sauvage a vu le jour sous...