Les personnages historiques de Grenoble

Grenoble est célèbre pour son ambiance sportive et ses splendides montagnes.

Mais Grenoble est aussi une ville dont sont issus de nombreux personnages historiques.

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à deux d’entre eux, le gentilhomme Bayard, sans peur et sans reproche et le célèbre Jean-François Champollion.

Bayard le gentilhomme

Bayard est le modèle du chevalier imaginé à la Renaissance. C’est beau, mais ce serait dommage de se limiter à ça. « Fait des merveilles avec les armes » selon ses contemporains pendant les guerres d’Italie. Il est au premier rang à Fornoue ou Garigliano. Il a un grand talent pour monter à cheval, mais aussi comme fantassin. Ce fut un succès à Gênes, où il fut nommé capitaine. Il est aussi très stylé. Grièvement blessé à Brescia, il est fait prisonnier par un Italien dont il sauvera la maison attaquée et protégera la femme de la disgrâce des pillards. On vous dit le top. Bayard s’illustre aussi à Marignan.

François 1er adore Bayard, il est son idéal chevaleresque. Il demande également à être fait chevalier, un grand honneur. Il le nomme gouverneur du Dauphiné, un joli retour aux sources pour ce garçon né au château de Bayard en Dauphiné, près de Grenoble. En 1523, à Romagnano Sesia, alors qu’il combattait, le chevalier Bayard fut atteint avec un fusil de chasse. Son dos est cassé et il ne peut pas bouger. Alors que ses compagnons de bataille le suppliaient de leur permettre de le transporter pour qu’il soit soigné hors du champ de bataille, Bayard eut cette réponse qui résonne encore aujourd’hui : « J’ai jamais tourné le dos à l’ennemi, j’veux pas commencer à la fin de ma vie « . Il meurt quelques heures plus tard. Affligé par ses amis et ses ennemis, il repose à Grenoble, au cœur des montagnes où est né son courage.

Jean François Champollion

Jean-François Champollion est un égyptologue français.
Il est le frère de l’archéologue Jacques-Joseph Champollion.
En 1807, il obtient une bourse et suit des cours de langues orientales au Collège de France, et plus précisément d’arabe. Il fréquente également ceux de l’École des langues orientales dans les mêmes matières et fréquente la Bibliothèque impériale. En juillet 1809, à l’âge de 18 ans, il est nommé maître assistant d’histoire à l’Université de Grenoble. De 1812 à 1815, puis de 1818 à 1821, il est professeur d’histoire à l’université de Grenoble.

Il se passionne pour l’archéologie et les hiéroglyphes égyptiens qu’il essaie de comprendre. Il faut de l’enthousiasme pour s’atteler à l’œuvre de sa vie : déchiffrer les hiéroglyphes gravés dans la pierre de Rosette. Il s’agit d’une stèle de basalte avec un texte gravé en trois écritures différentes (hiéroglyphique, démotique et grecque) découverte en 1799 par l’expédition française en Égypte.

Pour déchiffrer ces écrits, Jean-François Champollion a étudié de nombreuses langues : arabe, syrien, chaldéen et copte. Il faudra 10 ans d’études comparatives pour enfin percer le mystère de ces signes. Dès 1821, il déchiffre les premiers cartouches royaux, dont celui de Ptolémée V sur la pierre de Rosette, puis celui de Cléopâtre sur socle d’obélisque, et sur papyrus bilingue. Jean-François Champollion rapporte sa découverte en 1822.

Nommé conservateur du département égyptien du musée du Louvre en 1826, il obtient la chaire d’antiquité égyptienne au Collège de France en 1831. Il meurt cependant à Paris en 1832 à l’âge de 41 ans.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Une escapade d’une journée à moins de 30 minutes de Grenoble

“Je vis là où vous partez en vacances”. Oui, c’est une des chances qu’ont les Grenoblois : pouvoir vivre des aventures dont beaucoup rêvent...

L’Hanakotoba, le langage des bijoux fleuris – City guide Grenoble

D’inspiration amérindienne, les boucles de la marque L’hanakotoba n’en cultivent pas moins leur propre univers poétique et coloré. Grâce à leur créatrice, Laura Botilde,...

Coupe d’arbres morts sur les berges de l’Isère – Actualité à caractère exceptionnel

Ces arbres situés au niveau de l'Ile Verte doivent être coupés car ils peuvent présenter un danger pour la sécurité...

Exploitation commerciale du snack Jean Bron. – Appels et consultations

La Ville de Grenoble souhaite confier à un prestataire l'exploitation commerciale du snack de la piscine Jean Bron pour la...