AVC, fractures, lésions… Faut-il avoir peur des « médecines alternatives » ?

Casse-toi le cou. craquer en arrière. Des manipulations qui peuvent avoir de lourdes conséquences si l’on en croit les médecins qui alertent sur les risques de certaines pratiques ostéopathiques ou chiropratiques.

La mort en 2016 de Katie May, la mannequin médiatique américaine surnommée la « reine de Snapchat », à la suite d’un accident vasculaire cérébral dont le coroner a déterminé qu’il s’agissait d’une « manipulation du cou par un chiropracteur » est sans doute le cas le plus emblématique et le plus extrême. Pourtant, des médecins tentent d’alerter sur les réseaux sociaux, à l’image de Doc Amine, médecin marseillais suivi par 110 000 personnes sur Instagram et près de 50 000 sur Twitter. Repéré dans un post début août par BFMTVCe dernier rapporte le cas d’une patiente qui « a été envoyée aux urgences un peu plus tôt en raison d’une suspicion d’AVC cérébelleux, son ostéopathe s’était cassé le cou », écrit-il.

D’autres cas graves sont rapportés dans la littérature scientifique, tels que : B. par le médecin généraliste Marc Gozlan à son blog du monde, est consacré à l’actualité de la médecine et de la biologie. Il raconte l’histoire d’une jeune femme gravement handicapée après un accident vasculaire cérébral survenu trois semaines après une séance de manipulation vertébrale avec un chiropraticien. Selon les médecins du CHU de Reims, la manipulation a été identifiée comme la cause. Autant d’histoires effrayantes et isolées qui peuvent être éreintées pour discréditer les professions d’ostéopathe et de chiropraticien, réglementées depuis 2007. Ici et làd’autres médecins signalent des fractures dues à une mauvaise manipulation.

« Comme tous ceux qui s’en soucient, parfois ça peut mal tourner »

« C’est assez malsain », a déclaré Philippe Sperlingot, président de l’Association française des ostéopathes. « Depuis un an, un an et demi on a vu la montée de l’ostéobashing, notamment de la part du collectif Pas de fakemed (Groupe de médecins qui veulent « alerter sur les dangers des médicaments contrefaits »). Je ne dis pas que rien ne se passe jamais, et comme tous ceux qui s’en soucient, parfois les choses peuvent mal tourner. Mais à ce jour, aucun travail n’a montré de corrélations entre la manipulation cervicale et l’AVC », précise l’ostéopathe nantais. Pour lui, ce risque d’AVC après la manipulation est « un peu du domaine de la croyance. En ce moment, la grande question pour les médecins est de se demander si leur patient a vu récemment de l’ostéoporose, et vu que 25% des Français les consultent au moins une fois par an… » illustre-t-il.mené une étude en 2019. « Nous pouvons tous avoir un patient qui vient nous voir avec un AVC en cours », poursuit-il. Un accident vasculaire cérébral est un processus qui peut prendre plusieurs semaines avant qu’un caillot de sang ne se forme et ne se rende au cerveau.

Dès lors, selon l’ostéopathe, l’enjeu réside davantage dans l’entraînement à reconnaître les personnes qui soit ont un caillot en cours de formation (et qui peuvent être à l’origine de la douleur qui les amène chez l’ostéopathe) soit chez qui ces manipulations seraient en raison de la fragilité de leurs parois osseuses être contre-indiqué. Les ostéopathes sont formés en cinq ans dans des écoles reconnues, mais « pas suffisamment contrôlées par l’État. Sur la trentaine d’écoles en France, il y en a une dizaine qui ne fonctionnent pas bien », précise Philippe Sperlingot.

« On ne résout pas les problèmes de dos avec la manipulation, mais avec l’activité physique »

Au-delà des manipulations qui entraîneraient des conséquences extrêmes comme l’accident vasculaire cérébral, pour lequel il est « difficile » de facturer directement des ostéopathes ou des chiropracteurs, estime Nicolas Pinsault, kinésithérapeute et chercheur à l’université de Grenoble, spécialiste des parcours de soins. Mais même si les cas sont « extrêmement rares », il estime que la manipulation des vertèbres et du rachis cervical peut provoquer des « dissections artérielles », c’est-à-dire une déchirure d’une artère avec du sang jaillissant entre deux couches de la paroi vasculaire. Par ailleurs, Nicolas Pinsault veille à ce que les collègues travaillant dans les cliniques du dos opèrent régulièrement des patients présentant des hernies discales causées par une mauvaise manipulation ou sa récidive.

« Le problème, c’est que contrairement aux Etats-Unis, les ostéopathes et chiropracteurs français ne sont pas reconnus comme des professionnels de santé et n’ont pas de radiographies pour observer les lésions avant/après manipulations », poursuit-il. Avec un ostéopathe pour un peu plus de 3 000 habitants, la France est le pays au monde qui compte le plus grand nombre de ces médecins. Et l’explication, selon le chercheur, réside dans l’inadéquation de la médecine conventionnelle à certains traitements. « Neuf millions de Français souffrent de problèmes de dos et la réalité est que nous ne sommes pas bons pour traiter ce problème, alors les patients se tournent vers les ostéopathes ou les chiropracteurs. Quand on a une infection bactérienne, on ne pense pas aux médecines alternatives », explique-t-il. « Les problèmes de dos ne se résolvent pas avec la manipulation, mais surtout avec l’activité physique », poursuit le kinésithérapeute.

quelques études

A la Fédération française des chiropracteurs, « on prend le problème très au sérieux », assure Charlène Chéron, sa porte-parole. « Chez les médecins on a peur des approches non conventionnelles et chez les ostéopathes on est souvent assimilé aux étiopathes et aux naturopathes comme professions libérales », regrette-t-elle. Une étude britannique de 2017 menée par Chiropractic & Manual Therapies « suggère qu’il n’y a pas de relation causale entre la manipulation vertébrale et l’AVC » et conclut « qu’il semble possible que des pathologies préexistantes puissent augmenter le risque que ces événements se produisent. Le défi consiste donc à reconnaître ces facteurs de risque.

Cependant, la littérature scientifique sur ce sujet est encore peu abondante et ces phénomènes finalement peu étudiés. Ce qui semble logique compte tenu de la relative nouveauté de ces métiers, qui se sont structurés depuis le début du siècle.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Une escapade d’une journée à moins de 30 minutes de Grenoble

“Je vis là où vous partez en vacances”. Oui, c’est une des chances qu’ont les Grenoblois : pouvoir vivre des aventures dont beaucoup rêvent...

L’Hanakotoba, le langage des bijoux fleuris – City guide Grenoble

D’inspiration amérindienne, les boucles de la marque L’hanakotoba n’en cultivent pas moins leur propre univers poétique et coloré. Grâce à leur créatrice, Laura Botilde,...

Coupe d’arbres morts sur les berges de l’Isère – Actualité à caractère exceptionnel

Ces arbres situés au niveau de l'Ile Verte doivent être coupés car ils peuvent présenter un danger pour la sécurité...

Exploitation commerciale du snack Jean Bron. – Appels et consultations

La Ville de Grenoble souhaite confier à un prestataire l'exploitation commerciale du snack de la piscine Jean Bron pour la...