Grenoble : Grève des professionnels de l’éducation de la petite enfance pour protester contre l’embauche de personnel non qualifié

Plus d’une dizaine d’écoles maternelles municipales ont été fermées ce jeudi à Grenoble en raison d’un mouvement de grève en pleine petite enfance. Des experts s’opposent à une récente ordonnance autorisant l’embauche de personnel non qualifié.

Le monde de la petite enfance est en grève pour dénoncer le manque de personnel qualifié. Près de 300 agents de crèche, animateurs d’activités périscolaires et Atsem se sont rassemblés dans les rues de Grenoble jeudi 6 octobre. Ils dénoncent un décret récent qui permet l’embauche de personnes non qualifiées.

« En pratique, nous n’avons pas forcément les moyens de bien former ces personnes pour qu’elles prennent en charge des enfants avec toutes les compétences nécessaires. Cela peut être une solution, mais pas définitivement. S’il y a des diplômes dans la petite enfance, ce n’est pas pour rien », dénonce Emeline Hinaut, éducatrice de la petite enfance.

Le texte autorise les crèches à embaucher jusqu’à 15 personnes % d’employés sans diplôme ni expérience en garde d’enfants. Une mesure pour pallier le manque chronique de personnel, près de 9 000 offres d’emploi sur tout le territoire. Les professionnels du secteur défendant leurs qualifications ont été appelés à la grève.

A Grenoble, 16 crèches municipales ont été fermées ce jeudi et 11 autres ont réduit leurs horaires de travail. A l’appel du collectif « Pas de bébés à la consigne », des rassemblements et des manifestations ont été organisés dans une soixantaine de villes de France.

« Ce que nous voulons, c’est une restructuration des métiers de la petite enfance en augmentant le nombre de places dans les organismes de formation, en augmentant les salaires des professionnels et en améliorant les conditions de travail. Pas en mettant en place une mesure associative », plaide Isabelle, éducatrice d’enfants dans une crèche municipale venue manifester « pour la profession ».

Dans le cortège, la plupart des éducatrices, mais aussi des parents, s’inquiétaient de la dégradation des structures d’accueil. « Cela demande de l’habileté, de l’attention et beaucoup de temps pour chaque enfant », explique une mère.

« La Ville de Grenoble souhaite maintenir un niveau d’accueil au-dessus de la réglementation, par des professionnels diplômés et qualifiés », a indiqué Sylvie Fougères-Sow, l’édile déléguée à la petite enfance, dans un communiqué. En France, près de la moitié des entreprises se déclarent en sous-effectif, selon une enquête de la Caisse nationale des allocations familiales publiée en juillet.






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

Une escapade d’une journée à moins de 30 minutes de Grenoble

“Je vis là où vous partez en vacances”. Oui, c’est une des chances qu’ont les Grenoblois : pouvoir vivre des aventures dont beaucoup rêvent...

L’Hanakotoba, le langage des bijoux fleuris – City guide Grenoble

D’inspiration amérindienne, les boucles de la marque L’hanakotoba n’en cultivent pas moins leur propre univers poétique et coloré. Grâce à leur créatrice, Laura Botilde,...

Coupe d’arbres morts sur les berges de l’Isère – Actualité à caractère exceptionnel

Ces arbres situés au niveau de l'Ile Verte doivent être coupés car ils peuvent présenter un danger pour la sécurité...

Exploitation commerciale du snack Jean Bron. – Appels et consultations

La Ville de Grenoble souhaite confier à un prestataire l'exploitation commerciale du snack de la piscine Jean Bron pour la...