Menacés par les talibans, sept snowboarders afghans débarquent en France

Depuis plus d’un an, le snowboarder pro Victor Daviet est un expert des « bouteilles à la mer » lancées à tout va. L’annécien de 32 ans a remué ciel et terre pendant de longs mois pour faciliter l’extradition des 14 membres de l’équipe nationale afghane de snowboard, rencontrés par hasard lors d’une compétition en janvier 2021 au Pakistan. Menacés de mort par les talibans pour avoir pratiqué ce sport, sept d’entre eux ont été « sauvés » entre les Etats-Unis, le Canada, la Suède et l’Allemagne, révèle 20 Minutes Victor Davisil y a neuf mois dans une longue interview.

Les sept autres, âgés de 19 à 24 ans, ont dû apprendre à vivre cachés au Pakistan, « en situation précaire avec un visa touristique », loin de leurs proches et de leur rêve olympique. Avec la seule aide financière récoltée par l’argent des Snowboarders Solidaires (SOS), l’association a co-fondé l’an dernier Victor Daviet, dont la campagne de financement participatif collecté plus de 16 000 euros (370 dons).

« Notre vie ici commence à zéro »

Le freerider tricolore, vice-champion d’Europe de slopestyle 2010, a connu un moment fort lundi après-midi en récupérant ces sept jeunes athlètes afghans dans son van familial à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. « Il y a eu des hauts et des bas constants ces derniers mois, raconte Victor Daviet. L’aide précieuse d’un avocat depuis cet été nous a finalement permis d’obtenir un visa de trois mois pour chacun des jeunes. C’était un moment unique de l’accueillir enfin en France, on n’y croyait pas. Il met en valeur les connexions incroyables qui ont été faites à travers le monde du snowboard. Chaque étape s’est déroulée de contact en contact, de générosité en générosité. »

La prochaine grande échéance pour ces sept jeunes Afghans (six hommes et une femme, Nassima) sera de déposer leur demande d’asile. SOS recherche également pour eux une solution de logement « moyenne durée » près d’Annecy, Chambéry ou Grenoble. Une perspective montagnarde qui permettrait à tout ce beau monde de se retrouver enfin pour rouler dans les Alpes en hiver. « C’est incroyable d’être arrivé à Paris après plus d’un an d’attente », avoue Musawer (19 ans), l’un des snowboardeurs afghans. Il y a eu des moments où nous avons perdu espoir au Pakistan, mais nous n’avions pas d’autre choix que de persévérer, alors nous l’avons fait. Dire au revoir à notre famille a été difficile pour nous. Notre vie ici commence à zéro. »

Il y a quelques mois, l’association Snowboarders of Solidarity a mis en place une cagnotte en ligne pour venir en aide à ces jeunes réfugiés afghans ici. Plus d’informations sur le site du club ici. Courriel : contact@snowboarders-of-solidarity.com






Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités et des offres spéciales sur les choses à manger, boire, voir et faire à Grenoble !

Nous ne spammons pas ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Objets similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

évènements à venir

L’Hanakotoba, le langage des bijoux fleuris – City guide Grenoble

D’inspiration amérindienne, les boucles de la marque L’hanakotoba n’en cultivent pas moins leur propre univers poétique et coloré. Grâce à leur créatrice, Laura Botilde,...

Coupe d’arbres morts sur les berges de l’Isère – Actualité à caractère exceptionnel

Ces arbres situés au niveau de l'Ile Verte doivent être coupés car ils peuvent présenter un danger pour la sécurité...

Exploitation commerciale du snack Jean Bron. – Appels et consultations

La Ville de Grenoble souhaite confier à un prestataire l'exploitation commerciale du snack de la piscine Jean Bron pour la...

La tendance photo argentique et comment vous lancer – City guide Grenoble

Nous utilisons des cookies pour optimiser notre site web et notre service. Indiquez-nous vos préférences : Le stockage ou l’accès technique est strictement nécessaire dans...